lundi, juillet 11, 2005

Avance Hercule !

Après avoir fait mes choux gras de la diversité des représentations d'orignal d'une province canadienne à l'autre, alors que cette belle bête ne me semble pas devoir changer aussi radicalement de silhouette à quelques centaines de kilomètres d'écart (cf. galerie photos), mon attention s'est portée sur un autre symbole visuel fort de l'amérique du nord : les plaques d'immatriculation.

Alors que les plaques minéralogiques françaises brillent par leur remarquable monotonie et leur sublime austérité (sous leur apparence actuelle du moins... encore que cela ne semble pas sur le point de s'améliorer si l'on en juge par ce qui se prépare), les plaques nord américaines se caractérisent pour leur part par des débauches de couleurs, de figurations et de leitmotivs de tous poils.

A mon arrivée au Québec, les plaques québécoises, toutes de blanc et de bleu vêtues, ornées du slogan "je me souviens", m'avaient paru un rien prétentieuses. De quoi étais-je donc supposé me souvenir, au volant de mon "char" à boite automatique, le nez collé dans le pare-choc de la voiture de devant (je précise que les voitures québécoises n'arborent leurs plaques qu'à l'arrière) ?
Que la priorité à droite n'est pas un concept applicable au Canada ?
Que j'ai le droit de tourner à droite, même lorsque mon feu est au rouge ?
Que ce même feu de circulation est placé de l'autre côté de l'intersection où je suis sensé marquer l'arrêt ?
Que la vitesse sur l'autoroute est limitée à 100 malheureux km/h ?
Ou bien que l'automobile est un accessoire indispensable et omniprésent dans la société nord américaine en générale et québécoise en particulier ?



Si la devise du Québec est une plutôt belle incitation à la pensée, riche de sens et d'interprétations diverses, je ne voyais définitivement pas la plus-value apportée par son affichage au niveau des pots d'échappement...

Depuis que j'ai un peu parcouru ces contrées, et qu'il m'a été donné de découvrir la concurrence en matière de communication minéralogique, j'ai pu relativiser mon jugement initial sur les plaques québécoises, et me rendre à l'évidence que ce "je me souviens", un tantinnet intellectuel, faisait finalement pluôt meilleure figure que la majorité de ses voisines.
Entre les plaques dénuées de second degré, les plaques présomptueuses, qui tentent d'en ramener à la face du monde, ou les plaques ridicules, comiques malgré elles, il y a de quoi agrémenter des heures de voyage.

Que l'on juge plutôt, à partir de cette petite sélection....

Sympa, l'Ontario verse dans la (fausse ?) modestie, en laissant ses visiteurs maîtres de leur découverte :



Plus orgueilleuse, la Colombie-Britannique ne doute pas du beau matos qu'elle a en magasin :



Entre les deux, le Saskatchewan la joue mystique.. Je n'ai toujours pas compris le concept de ciels vivants, dans cette province de plaines rases.



Pour se démarquer, le Manitoba se veut cool et amical :



Tandis que l'Alberta se rêve romantique, vautré dans les roses sauvages :



A l'est, le Nouveau-Brunswick, qui ne trouve rien à dire, se dissimule derrière son plus gros saumon du monde :



Mutisme dont profite la Nouvelle-Ecosse pour s'auto-proclamer facétieusement "terrain de jeu océanique du Canada" :



Passons sur l'austère sobriété de Terre-Neuve, que l'on imagine calquée sur celle de ses paysages et de son climat. À Terre-Neuve et au Labrador, ça doit pas rigoler tous les jours :



Je n'ai pas profité de notre trop bref passage sur l'Île du Prince Edouard pour photographier la plaque d'immatriculation idoine, et comme ces insulaires n'ont l'air de se sentir particulièrement bien que là où ils sont, je n'ai pas retrouvé depuis d'occasion de le faire. Mais je me souviens très bien que la plaque était illustrée du pont de la Confédération, ce qui me conforte dans l'idée qu'il s'agit bien là du seul sujet d'intérêt de la petite île (à cet égard, je me dois de rassurer le lecteur : il y a bien d'autres choses à voir au Nouveau-Brunswick que le fameux saumon géant...).

Mais dans le domaine de l'allégorie minéralogique, les champions du premier dégré restent sans conteste possible les voisins américains.

Trois exemples, assez révélateurs :

New-York enfonce le clou de la "simplicité" à l'américaine :



La Caroline du nord se cherche désespérément des titres de fierté :



Et le New-Hampshire remporte haut la main la palme de la devise la plus primaire (par charité, on va le prendre sur le mode de l'humour... une sorte de "The Big One / We will rock you" à la Michael Moore) :



J'ai bien hâte de découvrir de nouvelles plaques américaines dans l'espoir d'y lire d'autres aphorismes aussi puissants que :
Die with your boots on (Arizona ?)
Better dead than red (Massachussetts ?)
Nuc them all (Texas ?)
Keep cool, man (Floride ?)

Eyh, en fin de compte, "Je me souviens", c'est pas si tarte comme slogan. Bien joué le Québec !

P.S. : ma suggestion pour des plaques françaises new-look, capables de rivaliser enfin avec le nouveau monde : "AUX ARMES CITOYENS" ! :-)

5 Comments:

At 10:22 AM, Anonymous Anonyme said...

"Je me souviens que, ne sous le lys, je crois sous la rose".
http://agora.qc.ca/reftext.nsf/Documents/Quebec_-_Etat--La_devise_Je_me_souviens_par_Gaston_Deschenes
Bonne lecture!

Annie

 
At 11:21 AM, Blogger Sébastien M. said...

Passionnant.
Merci pour ce lien, Annie.

 
At 7:55 AM, Anonymous Elodie said...

bonjour , sais tu où l'on peut trouver des plaques de chares québéquoises avec marqué :
WEI2005

merci beaucoup ^^

 
At 6:30 PM, Anonymous Anonyme said...

pourquoi pas " On le fera!" pour les plaques québécoise ils ont le dons de nous remplir de mentries!!!

Nataly

 
At 9:38 AM, Blogger Claire-Hélène said...

je travaille au Nunavut, et là bas, la plaque est carrément en forme d'ours polaire... :)

 

Enregistrer un commentaire

<< Home